649

Les années 1990, le renouveau artistique

Peu connu par le grand public, malgré une grande médiatisation, certains des objets qu’il a dessinés ont portant touché une très large partie de la population. On se souvient du verre Perrier fabriqué à 20 millions d’exemplaires qui reste son best-seller. D’autres créations, plus confidentielles, sont en revanche très prisées des collectionneurs d’art contemporain. Les collections des années 90 tranchent complètement avec celles des années 80.

« Aujourd’hui mon travail m’apparaît comme une soustraction à l’expressionnisme du dessin. C’est dans ma relation au design industriel et sa destination vers un public le plus large que cette notion s’est imposée. J’ai pour ambition un résultat économe qui ne soit même pas qualifiable de minimaliste. Un lieu commun » confie-t-il sur son site officiel internet. La singularité du travail de Martin Szekely est de rechercher la plus simple expression possible de l’objet, tout en répondant aux priorités fonctionnelles: « Ce qui m’intéresse, c’est de créer des objets qui ne soient pas des images et qui invitent à l’usage. Ils s’oublient, car ils ne sont jamais démonstratifs ».

Martin Szekely DesignerInitiales, 1991: « la collection des simplicités »

Après les excès expressionnistes des années 80, Martin Szekely éprouva le besoin d’interroger la boulimie des formes, de couleurs et de styles de la décennie qui venait de s’achever. Ses initiales, quoi qu’elles fussent le plus souvent réelles, avaient aussi le sens d’une fondation, d’une initiation même. La table basse TB comme le rangement SF mettent en évidence un assemblage de planches plus qu’un style. Le cabinet MD, s’il surajoute un motif de poinçon sur sa façade, demeure une revisitation des traditionnels buffets à deux corps.

Initiales est dans le choix des matériaux, la collection des simplicités. Szekely utilise pour ses meubles et rangements un bois clair dans sa version la plus immédiate possible ou du phare moulé blanc, pour le chandelier AT. Elle est aussi collection de la dualité historique première: formes organiques ou formes géométriques, formes naturelles ou formes abstraites? Dialogue dont nous entretiennent les premiers meubles. la collection Initiales veut suggérer les « origines du meuble », des formes précautionneusement choisies et assemblées deviennent table, rangement, chandelier ou coupe.

Comme Charlotte Perriand renouant avec le bois après des déclarations tonitruantes contre celui-ci à la fin des années 20. Szekely se réconcilie ici avec la dimension petite-bourgeoise, voire réactionnaire, du mobilier et du design. Pressentant par là, d’une part une crise de motivation de ses collectionneurs habituels et, d’autre part, un changement du rôle de designer dans les années à venir. Szekely tentait ici un nouvel abécédaire social, comme il avait tenté en 1984 un nouvel alphabet personnel.

Martin Szekely DesignerLa collection Satragno de 1994

La collection Satragno est du nom de l’ébéniste qui l’a produite. Design de culture, qu’elle soit globale ou strictement privée, la collection Satragno est une nouvelle introduction de Szekely a un design conscient de sa portée sociale dans la sérénité d’un partage de sens.

Avec cette collection, le créateur dépasse enfin cette coloration avant-gardiste ou artistique qui n’aura cessé d’habiter ses collections précédentes. Elle réinterprète la tradition artisanale du mobilier décoré. Pour les six pièces en bois qui la constituent et les éléments qui la composent. Le matériau est découpé, percé, plié par un outil à commande numérique. Par exemple, le centre-table compotier en porcelaine est constitué de maillons identiques enchâssés les uns dans les autres, selon un principe vu en Europe centrale.

 

Martin Szekely DesignerMobilier urbain, 1992-94

Initié en 1991 par l’invitation à dessiner un candélabre, ce projet prend très vite sa véritable dimension. L’enjeu réel en est la suite possible à donner à l’histoire du mobilier urbain industrialisé de la fin du XIXe siècle, la référence en sont les édicules Art Nouveau de Guimard disséminés dans Paris. Pensés comme un ensemble, ces objets publics jouent comme autant de balises qui jalonnent la ville. Une vingtaine de pièces en fonte d’acier figurent aujourd’hui au catalogue. Plusieurs villes participent activement à cette collection : Neuilly, Metz, Porto, Madrid,San Francisco.

En 2011, le Centre Pompidou offre au public plus de visibilité sur le génie de l’artiste en lui consacrant l’exposition « Ne Plus Dessiner ». C’est en 1996 que Martin Szekely déclarait vouloir désormais placer son travail sous l’égide de cette règle.

Sources:
_Christian Schlatter, MARTIN SZEKELY DESIGNER, Grand-Hornu, Belgique, 1998.
__Chloé Braunstein-Kriegel, Les années Staudenmeyer: 25 ans de design en France, NORMA, Paris, 2009.

In this article