256

Martin Szekely a fait connaître ces œuvres, dans le monde entier à travers de nombreuses collections très variées. En 1983, sa carrière connaît un véritable tremplin avec la Collection Pi qui sera le début d’une longue série. Voyagez le temps d’un instant dans l’incroyable imagination d’un monument.

Tout au long de sa carrière, il a multiplié les collaborations avec des éditeurs de design comme la Galerie Néotù ou Domeau & Pérès. Rétrospective des Collections Pi, Containers et Pour faire Salon qui mettent en lumière le travail exceptionnel de cet artiste qui se réinvente création après création.

Martin Szekely - Galerie A1043. Paris.
Crédit Photo : Galerie A1043. Paris.

La Collection Pi éditée par Néotù, 1983-1985: un tremplin déterminant pour Szekely

C’est une première « manifestation d’identité ». Cette collection graphique et gracile se compose d’une dizaine de pièces d’acier laqué noir en fibre de carbone (première utilisation pour une chaise d’habitation). La série Pi lui signe sa première collaboration avec la Galerie parisienne Néotù en 1985. La chaise longue et le guéridon Pi furent sans aucun doute l’un des éléments forts de l’éditeur de mobilier, fondé par Pierre Staudenmeyer acolyte de Szekely.

Pour Szekely, elles furent, avec les autres pièces présentées pour la première fois au Moving de janvier 1984, un véritable manifeste, la somme dépassée des termes de ses connaissances et de ses acquis, la scène première sur laquelle s’élabore encore aujourd’hui son langage. Un langage de la modernité vécue comme une communauté d’idées, sur le mode d’un challenge avec les grands prêtres (Breuer, Chareau ou Le Corbusier avec la LC4).

La chaise longue « Pi » est née en 1982, grâce à une carte blanche du VIA. Avec ce travail, Szekely se fait un nom dans le monde du design. Le dessin est si évident qu’il se résume à cinq traits de crayon. Il fut ensuite colportée par Néotù à travers le monde et devint rapidement une icône des années 80. Sa présentation au Salon du meuble à Milan en 1985 lui procure une reconnaissance internationale.

Martin SzekelyUn succès qui dessinait, avec celui de quelques autres meubles français dont le fauteuil Costes de Philippe Starck, une véritable renaissance de l’esprit français et de son inévitabilité sur la scène internationale.

La bibliothèque Pi viendra compléter magnifiquement ce premier ensemble. Ceci dans une gestation commerciale difficile qui conduisit à des versions différentes, en particulier lors de sa redéfinition par Tribu pour laquelle Szekely retourna au bois.

Collection Containers en 1987: Martin Szekely, le designer se transforme en meublier

S’ensuivit très vite une série de meubles complémentaires, la plupart du temps réalisés à la demande d’un collectionneur pour lequel la rencontre avec Martin Szekely est déterminante. De designer, Martin Szekely se transforme dès lors en « Meublier ». Un mot cher à Ruhlmann décorateur français du début du XXe siècle, qui voyait là une différenciation théorique de taille d’avec les modernistes, préoccupés essentiellement par le sens social de leur démarche et des décorateurs obsédés par le bon ton de la mondanité.

Martin Szekely - Galerie A1043. Paris.
Crédit Photo : Galerie A1043. Paris.

Szekely, en effet, se situe alors au juste milieu de ces deux approches du mobilier, comme Philippe Starck. Il connaît la vanité de l’une ou l’autre position et ne peut qu’oeuvrer à la réconciliation des deux mouvements autrefois antagonistes. Ses pièces uniques destinées à des amateurs comblent leur sens aigu pour un élitisme éclairé, pour un cadre de vie contemporain qui ne soit pas chargé des affectations du passé.

Containers de Martin SzekelyLe retour au bois, opéré avec la collection Containers qu’il dessine pour l’édition Néotù en 1987, est lié à une commande du Frac Limousin et à la filière bois. La démarche de Szekzly s’oppose ici à celle de la collection Pi. Alors que dans cette dernière, les meubles « tenaient » tout seuls ils ont besoin cette fois de « soutien ». Celui du mur et du sol, pas seulement par fonctionnalité, mais surtout dans ce que le croisement de l’horizontal et du vertical emporte de définitif dans l’architecture, la perception du volume et l’inscription du mobilier dans celui-ci. En effet, cette collection marque la reconnaissance du « corps du meuble » dans sa relation avec l’espace architectural.

Présenté pour la première fois en 1986 à la Grande Halle de la Villette, le Presse-Papiers obtint un succès fulgurant qui renouvela celui de la chaise longue Pi, confirmé encore par le Salon de Milan en 1987 et celui de Cologne en 1988.

Pour faire Salon de 1989, la collection de la « mixture »

Si la collection Containers est celle de l’« écart », la collection suivante « Pour faire salon », que Szekely dessine pour Néotù, est celle de la « mixture ». Présentée en 1989, elle surprit bien des design aficionados qui ne reconnurent pas le minimalisme de Szekely. Cette collection s’opposait à la précédente, non seulement par la richesse du placage de péroba rose ou la volupté d’un velours pourpre, mais surtout par l’étrange univers formel qui s’y révélait. Là où Szekely nous avait habitués à des enroulements, les courbes devenaient cassures, pans imaginés d’une nappe somptueuse pour la table Libertada.

Ce qui eût pu passer pour un embourgeoisement, une perte d’agressivité créative, n’était qu’en fait l’avènement d’une maturité: Szekely avait cessé de jeter des défis aux grands créateurs du XXe siècle. Il atteignait une indépendance réelle, une position véritablement originale, fondatrice à la mesure de la générosité de son travail.

Cette collection, dans certaines de ses pièces, renoue avec la typologie d’un mobilier et un choix de matériaux de convention pure. L’accent mis sur un trait emphatique, le cliché meuble bourgeois s’il est présent, est aussi accompagné d’un trait ironique, celui de la distanciation de l’esprit.

A ces meubles « bourgeois » sont joints deux vases. La forme du vase Françoise ne relève pas d’une construction ou d’un plan préétabli, elle est issue d’une décision d’arrêt dans le processus de transformation du matériaux. Le vase Nord, lui, est en cristal moulé et taillé.

Szekely, enfant d’immigrés hongrois n’a aucune limite. Il se réinvente à chaque création. Il souffle de la fraîcheur dans le monde du design et de l’art contemporain. Ses collections des années 8o, très différentes et aussi originales les unes des autres le propulsent à la consécration. En 1984, Szekely est Lauréat de la Bourse Castelli. Puis en 1987, il est consacré Créateur de l’année du Salon du meuble de Paris en 1987.

Crédit photo :
Galerie A1043, Parishttp://a1043.com/item/martin-szekely-chaise-carbone-collection-pi-editions-tribu/
Martin Szekelyhttp://www.martinszekely.com

Sources :
Christian Schlatter, Martin Szekely Designer, Grand-Hornu, Belgique, 1998.
Chloé Braunstein-Kriegel, Les années Staudenmeyer: 25 ans de design en France, Norma, Paris, 2009.

Containers de Martin Szekely

In this article