788
788

Philippe Starck, un designer authentique au corpus d’oeuvre épique.

Philippe Starck est un designer français qui se veut aujourd’hui essentiellement autodidacte. De nombreuses sociétés font appel à son professionnalisme que ce soit dans l’alimentaire, la technologie, les transports, l’ameublement, l’aéronautique… Il est actuellement designer consultant pour l’entreprise française Thomson.

 

De nombreuses expositions individuelles et collectives ont fait connaître l’oeuvre de Starck à un très large public international. Ses créations sont exposées dans les collections de nombreux musées européens et américains*1. Actuellement, plus de 660 de ses créations figurent dans les collections publiques françaises en 2011.

Philippe Starck, designer de mobilier et d’industriel

Au tout début de sa carrière, en 1968 il fonde une première entreprise qui réalise des objets gonflables. Par la suite, son imagination sans failles lui permet de multiplier sans limites ses créations de design.

Connu d’abord du grand public comme designer de modèles au début des années 80, Philippe Starck s’est transformé au fil des ans en designer d’affaires, d’image, de communication et de marketing au rayonnement international.

Starck tire parti de la dimension people inévitable dans les médias. C’est l’un des premiers à avoir intégré, dans le domaine du design, l’utilisation du pouvoir médiatique tel qu’il a pu se définir à partir des années 8O. Son activité de designer s’est largement accrue durant ces années qui ont été un grand tremplin à sa carrière, et s’exprime à l’échelle internationale. Déjà, au début des années 80, il concevait pour la société italienne Driade des meubles parmi lesquels les tables pliantes Tippy jackson de 1982 et Titos Apostos de 1985.

Philippe Starck, designer dans un article authentic design

 

En France, il crée depuis 1984 des collections de meubles, pour la vente par correspondance des 3Suisses.

Attiré par la production de série, il crée, dans le domaine du design industriel, les objets les plus divers: objets ménagés pour Alessi, dont un célèbre presse citron Juicy Salif; brosses à dents pour Fluocaril aux éléments de salles de bains (pour Duravit, Hansgrohe, Hoesch, Axor); pâtes alimentaires pour Panzani; ainsi que du mobilier urbain pour JCDecaux.

En 1979, il fonde Starck Product, qu’il rebaptisera Ubik en référence au célèbre roman de Philip K. Dick. En 1980, il obtient l’Oscar du luminaire avec la lampe Easy Light. Dès lors, ses activités se partagent entre la création d’objets industrialisés principalement des meubles et l’architecture intérieure.

Le design démocratique, le mot d’ordre d’un créateur populaire

Starck s’est principalement consacré à la création en série de produits de consommation courante avec son concept de design démocratique. Ce qui consiste à baisser le coût, augmenter la qualité pour diffusion et donner le meilleur auprès du plus grand nombre.

Depuis plus de 30 ans, ce créateur, auteur de milliers de projets, s’est toujours placé en dehors des conventions. Son infatigable inventivité protéiforme, Starck la met au service d’une vision: que la création, quelle que soit la forme qu’elle prenne, rende la vie meilleure pour le plus grand nombre. A travers son concept de « design démocratique », Starck est apparu comme un pionnier dans une période où le design était destiné exclusivement à une élite.

« Le populaire est élégant, le rare est vulgaire », dit-il. Le designer cherche à mettre en œuvre cette idée utopique augmentant les quantités produites pour diminuer les coûts et utilisant le canal de la vente par correspondance, avec les 3 Suisses, pour atteindre un large public. Peu de domaines n’ont pas été explorés par le créateur : il ne cesse de repousser les limites et les critères du design contemporain.

Affichant le désir de faire du design pour tous, Philippe Starck développe des meubles en plastique
dont la célèbre chaise Louis Ghost de Kartell vendue à plus de un million d’exemplaires. Starck, c’est un répertoire varié de design exceptionnel. On retient plusieurs modèles majestueux qui ont marqué la carrière d’un designer contemporain décidément à part entière : les enceintes Zikmu et le récent casque ZIk de Parrot, les couteaux Laguiole dont le dernier « Log », la Freebox Révolution, les lunettes Starckeyes de Mikli, la luxueuse lampe Marie Coquine de Baccarat ou encore le disque dur Starck Desktop de LaCie. Starck a conquis un vaste marché et rendu son style familier.

Philippe Starck Tabouret Dadada dans un article Authentic design
© Philippe Starck – www.starck.com

Il emploie fréquemment le ton de l’humour pour nommer ses créations (fauteuil «Ploof», tabouret «Dadada», chaise «Boom»). «Le plus bel exemple quotidien de la relativité, le plus beau symptôme de l’intelligence humaine, c’est l’humour. […] Un design sans humour n’est pas humain. Le mot «beau» ne veut rien dire. Seule la cohérence compte. Un objet, design ou pas, est avant tout un objet qui réunit tous les paramètres de l’intelligence humaine, qui réconcilie les contraires. Le manque d’humour est la définition de la vulgarité.» détaille-t-il. Il emploie aussi la tristesse dans ses créations ainsi que le désarroi qui permet une opposition à ses sujets utilisant l’amour.

Multi facettes, Starck excelle dans l’architecture d’intérieur

Tout au long des années 80, Starck déploie son talent d’architecte d’intérieur.

Philippe Starck Fauteuil-Costes dans un article Authentic designEn 1984, il réalise pour le café Costes à Paris, l’un des plus célèbres aménagements d’intérieur, qui lui permet de nouvelles créations de meubles à succès, dont le fameux fauteuil Costes. Sa renommée devient internationale grâce au succès du Café Costes, qu’il remanie plusieurs fois par la suite. Le Café Costes est aujourd’hui disparu.

C’est en 1983 que le grand public découvre Philippe Starck lorsque le président François Mitterrand, sur la recommandation de Jack Lang, ministre de la Culture, choisit son projet pour la décoration des appartements privés du palais de l’Élysée. En effet, il aménage, en 1982, les appartements privés de François Mitterrand et notamment la chambre de Danielle Mitterrand. Ceci dans le cadre de la politique de relance de la commande publique contemporaine auprès du Mobilier national, initiée précédemment à l’Élysée par Georges Pompidou. Il crée à cette occasion des meubles, dont le célèbre fauteuil-club Richard III. Ce fauteuil lui permet de montrer comment, en analysant un parfait symbole, on parvient à le débarrasser de sa charge petite-bourgeoise et à proposer une image de l’état post-moderne du monde.

Philippe Starck Fauteuil Richard III
© Philippe Starck – www.starck.com

 

Philippe Starck a plusieurs cordes à son arc ! Débordante est son imagination, fascinante est son innovation et hallucinante est la cadence de sa production !
La renommée internationale vient récompenser le travail de toute une carrière qui a épousé le mot « phénoménal » ! En lui jurant fidélité pour l’éternité…

A suivre Dimanche 23 juillet avec… La consécration internationale du pionner d’un design original | 2/2

Sources :
_ Raymond Guidot, Histoire du Design 1940-2000, Hazan, Paris, 2000.
_Chloé Braunstein-Kriegel, Les années Staudenmeyer : 25 ans de design en France, NORMA, Paris, 2009.
_ Catalogue d’exposition du Mobilier National, 1964 MOBILIER NATIONAL 2004 40 ANS DE CREATION, Réunion des Mureaux Nationaux, Paris, 2004
*1 : Notamment, au musée national d’art moderne (grâce à plusieurs dons, notamment de ses prototypes) et au musée des arts décoratifs de Paris. Au MoMA et au Brooklyn Museum de New-York, à Chicago et à Los Angeles. Au Vitra Design Museum de Bâle, au Design Museum de Londres, à Rome, Düsseldorf et à Munich. Ses œuvres sont également présentes en Asie, notamment à Tokyo.
In this article