1607

Tombé dans la marmite de la brocante design il y a de cela 15 ans, grâce à un ami qui vendait aux puces de Vanves, Franck Tessier n’a eu cesse depuis de mettre en œuvre sa passion.

Passé de galeriste, par deux fois à Nantes, à vendeur aux marchands, une ligne directrice l’a pourtant suivi : celle du design des années 50 à 80 chiné avec un œil aguerri.

L’œil du passionné

Installé à Nantes, Franck Tessier nous ouvre ses portes. Une maison d’architecte des années 60, de grandes baies vitrées et un univers design animent l’endroit. Sur la cheminée contemporaine, des céramiques de Capron attirent l’œil. Une représentation assez fidèle de la façon dont l’homme chine ses objets : « on vend bien ce que l’on aime bien », explique-t-il. Il déballe ainsi souvent au Mans sa marchandise aux professionnels, faite de mobilier de design français des années 50 à 80.

Franck Tessier - Pierre PaulinUne époque qui anime le marchand

Loin de se restreindre à un designer, Franck Tessier offre à voir pêle-mêle, chez lui, une chaise de Guariche, un Bridge de Paulin ou une table basse italienne de Willy Rizzo. Et des céramiques, bien sûr, car il « aime beaucoup les céramiques des années 50 ».
Capron, Ruelland, Jolain, Chambost ; Franck Tessier nous confie en ce domaine son affection « aussi bien pour les pièces de forme que les tables basses ».

Une expérience au service de la sélection

De par sa situation géographique, Franck Tessier nous explique ainsi chiner sur la côté Atlantique car «on y trouve beaucoup de 50 français dans les villas et de 70 dans les appartements». Idéal pour proposer du design d’après-guerre. Et si le marchand nous confie s’affairer à donner à voir une période plus que défendre un designer, il attache cependant une attention particulière à sélectionner avec minutie les « objets des années 50, mais aussi de plus en plus des années 70 », en utilisant son « expérience lui permet de proposer des objets authentiques ».

Franck Tessier - Pierre Paulin

In this article