2487

Rencontre avec Didier Jean Anicet, ou les trois prénoms du propriétaire de la jeune galerie A1043 qui a ouvert ses portes au marché Paul Bert, à St Ouen.

Ce passionné d’art contemporain, diplômé des Beaux Arts et de l’école du paysage de Versailles, participe pour la première fois à Art Élysées du 22 au 26 octobre, dans la section design. Achille l’a rencontré et revient sur son travail.

A1043 - Tito Agnoli - Ron Arad - Szekely

Pourquoi les luminaires et rien d’autre ?

A cette question, le galeriste évoque d’emblée la passion. Après avoir passé une dizaine d’années à chiner des chaises, des tables ou de la céramique, il s’est peu à peu centré sur le luminaire. Pour lui, c’est l’objet qui concrétise le plus «  le jeu entre la fonction et la forme ». Plutôt qu’une période, c’est bien un type de créations qui l’intéresse et, même si les pièces présentées datent en général des années 50 à 80, il n’exclut jamais d’acheter une lampe années 30 , du moment qu’elle permette de découvrir le travail d’un véritable créateur. De collectionneur avisé, l’homme est aujourd’hui devenu galeriste à part entière et n’achète aujourd’hui que pour son stand.

A1043 - Tito Agnoli - Ron Arad - Szekely

Un galeriste à l’approche presque muséale

Loin du profil des marchands que l’on rencontre habituellement aux puces, Didier Jean Anicet, qui oscille entre « boutique » et « galerie » pour nommer son stand, accorde une importance toute particulière à la part « pédagogique » de son travail. Plus que vendre, il souhaite faire « redécouvrir » des designers oubliés. Et cela se voit. Ici, pas de vente globale mais des expositions, thématiques et régulières, qui donnent un sens à cet espace. Il y présente des grands noms du design comme Gino Sarfatti ou Robert Mathieu mais s’attache aussi à poser des questions au travers d’oeuvres de créateurs moins connus comme Ennio Chiggio, renommé pour sa peinture et pourtant designer de talent. Jusque mi-octobre, vous pourrez découvrir la dernière exposition en date, « In bulbs we trust », qui présente une réflexion sur le travail du designer à partir et autour de l’ampoule.

Sélectionner les pièces : un travail intuitif et documenté

A1043 - Tito Agnoli - Ron Arad - SzekelyLe galeriste nous avoue acheter beaucoup. Mais ce n’est pas étonnant au regard de son approche : il a déjà une dizaine d’idées d’expositions à mettre en place et cela nécessite bien sûr un stock. Le galeriste achète parfois une pièce qu’il recherche et pour laquelle il détient la documentation mais la plupart du temps, c’est à l’intuition et au flair qu’il cible ses pièces. Vient ensuite un travail de recherche, à l’importance capitale pour lui. Il ne se trompe que rarement et c’est d’ailleurs comme cela qu’il a constitué ses deux expositions à venir : « City lights », qui présentera une belle sélection de luminaires démesurés et « Multicolore », hommage aux créations des années 50 à 70.

Particuliers et marchands : des clients complémentaires

Bien qu’installé que depuis mai 2015, le stand de la galerie A1043 a trouvé sa clientèle : des particuliers amateurs d’art contemporain, d’architecture et parfois collectionneurs. Des clients « qui lui ressemblent », nous confie le galeriste. Et pour ses deux premiers luminaires vendus, c’est Didier Krzentowski de la galerie Kreo qui a donné le ton, non pour déplaire à Didier Jean Anicet qui y voit « une certaine reconnaissance » de son travail, qu’il veut minutieux et précis.
A1043 - Tito Agnoli - Ron Arad - Szekely

Design Elysées : un stand volontairement sculptural

Du 22 au 26 octobre, on retrouvera la galerie A1043 à Arts Elysées, sur un stand… qui ne présentera pas que du luminaire ! Une table basse Joseph-André Motte de 1967 et mise au point au Mobilier National, un rocking chair de Ron Arad, un tapis de César et un miroir Fontana Arte seront présentés aux côtés d’un lampadaire de Robert Mathieu et d’autres luminaires de grands noms oubliés ! Ne manquez pas cette mise en scène sculpturale qui promet de belles surprises.

Galerie A1047 – Didier Jean Aniset

 

 

 

In this article